+33 (0)1 44 30 70 80 numerique@cinov-it.fr

Bonne_Humeur

Dans cette étude menée en juillet 2015 sur un panel de TPE et PME (97% < 50 salariés) issues principalement du syndicat CINOV-IT et de ses associations affiliées, voici nos observations :

 

Les chiffres sont quasiment les mêmes qu’au dernier semestre 2014.

On constate une légère diminution du ressenti de la crise de la zone Euro (est-ce une tendance réelle ou une simple conséquence des mesures prises par les chefs d’entreprises pour y faire face ?) avec des chiffres d’affaires en croissance ou identiques pour un plus grand nombre de TPE (+2%) ainsi qu’une prévision de croissance plus optimiste (+10% d’entreprises).

Par contre la situation concernant les délais de règlement se détériore encore un peu plus, le ratio d’entreprises concernées par cette dégradation est en augmentation de 10% par rapport au 1er semestre 2014.

Il y a toujours des intentions d’embauche chez les TPE de l’informatique, mais quelques difficultés à trouver des candidats (commerciaux et techniciens) … et peu d’intention de licenciement. La tendance du 2ème semestre 2014 se confirme avec 26% d’entreprises ayant procédé à des embauches au 1er semestre 2015 dont plus de 70% en CDI (en forte hausse si on compare à la même période de 2014 où moins de 40% des embauches étaient en CDI) ; quant aux licenciements la décroissance constatée fin 2014 semble se confirmer.

Concernant le CICE, on s’aperçoit que plus de sociétés sont sensibilisées à ce dispositif et se sentent concernées.

Pour ceux qui le connaissent et/ou l’utilisent ils trouvent majoritairement que c’est positif même si ils estiment que ce dispositif est complexe à mettre en oeuvre et qu’il aurait été beaucoup plus simple pour tous de baisser les charges sous certaines conditions.

Pour ce qui concerne l’accès et le fonctionnement des marchés privés, nous constatons que :

–       La moitié des entreprises interrogées ne sont pas référencées chez les donneurs d’ordre, il y a une belle marge de progression !, ce qui est conforté par le jugement porté sur l’accès à ces marchés (accès jugé difficile par la moitié des répondants

–       Les blocages au référencement, c’est-à-dire les explications fournies aux entreprises pour justifier le non référencement sont essentiellement un CA trop élevé qui est demandé, un refus du risque et un dossier juridique trop complexe.

–       La majorité des entreprises (67%) travaillent en premier niveau de sous-traitance, c’est à dire directement sous le fournisseur principal, on note toutefois qu’un quart des entreprises interrogées intervient en deuxième ou troisième niveau de sous-traitance.

Ces chiffres dénotent un fonctionnement des marchés peu favorable aux TPE PME qui représentent en France plus de 90% de la population d’entreprises et justifient d’autant plus l’action menée par CINOV IT depuis 3 ans pour optimiser les relations acheteurs/TPE PME du numérique (Charte des relations interentreprises, médiation collective, partenariat CDAF…

Les réponses apportées aux questions sur les délais de paiement indiquent que

–       dans la moitié des cas, les délais de paiement se situent entre 30 et 45 jours,

–       dans 45% des cas, on dépasse les délais légaux

En conclusion, espérons que l’accord signé le 25 juin 2014 avec les donneurs d’ordre et la médiation initie une évolution des comportements envers les TPE PME, potentiel d’emplois et d’expertises dans la république numérique.

Par ailleurs, les TPE PME travaillent peu avec les marchés publics (-de 25% du CA dans 66% des cas). L’accès aux marchés publics est jugé difficile par la majorité des entreprises interrogées. Les entreprises travaillant en sous-traitance pour les marchés publics se disent déclarées dans 61% des cas (on est loin de la transparence…). Le chiffre n’a pas changé depuis le semestre dernier. Les délais de paiement pour les marchés publics semblent mieux respectés que pour les marchés privés.

34% des entreprises interrogées se déclarent encore non concernées par le cloud mais de plus en plus sont attentives ou s’y intéressent concrètement, 34% font de la revente de solution en SAAS. Les entreprises intégrant une offre cloud le font pour répondre à la demande des clients  parce qu’ils ont le sentiment que le cloud est devenu incontournable. La moitié d’entre elles modifient leur business model, ce qui constitue un signe certain d’évolution vers le  cloud.

Au final, le moral des patrons de TPE du numérique reste bon pour 60% d’entre eux, soit une progression de 12% par rapport à la même période de 2014, mais le ratio de ceux qui sont pessimistes ne bouge pas, ce sont les incertains qui diminuent.

VOIR les résultats en détail