Observatoire du Numérique – Rapport d’activité

L’Observatoire du Numérique, créé il y a un an, a pour mission essentielle de produire et diffuser des informations statistiques fiables sur le développement de l’économie numérique.

En 2013, 7 groupes de travail constitués mettent en place une liste d’indicateurs aptes à caractériser le développement du numérique.

L’Observatoire réunit des partenaires publics et privés. 11 organisations professionnelles participent au COS (Comité d’Orientation Stratégique), 5 au COMEX (Comité Exécutif)

CINOV IT, chambre professionnelle des PME, TPE et indépendants du numérique n’est pas membre de l’Observatoire, s’en étonne et le regrette.

Faut il rappeler que l’immense majorité des entreprises du secteur sont des TPE PME ? Que ces entreprises constituent à la fois l’essentiel du gisement d’emplois futurs et un énorme potentiel de développement économique ?

Transition Numérique : aider les TPE/PME aux usages du numérique

CINOV-IT est un contributeur majeur du groupe de travail du projet Transition Numérique.

Pour mémoire ce projet consiste à déployer une force de 1.000 consultants du numérique auprès des TPE/PME françaises, afin de les aider à développer leur business et leur compétitivité, en s’appuyant sur les bons usages du numérique.

Pour en savoir plus sur ce projet, Gilles d’Anchald* nous en fait une présentation synthétique dans cette vidéo.

* Chargé de mission TIC à la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS), au Ministère du Redressement Productif.

voir aussi les 2 vidéos de notre billet
CINOV-IT contributeur de 1er plan du programme Transition Numérique de la DGCIS

ETES-VOUS CONFORME AU SEPA ?

Une matinée ouverte aux dirigeants d’entreprise de conseil, d’ingénierie et en numérique et leurs partenaires, adhérents CINOV ou non adhérents 
1er février 2014. Votre banque refuse vos paiements, parce que non conformes au S€PA, Single Euro Payments Area. Vos virements fournisseurs sont bloqués, vos prélèvements sont refusés, vos salariés ne pourront pas être payés à la fin du mois… Une fiction ?

Le S€PA, une erreur de casting

La migration des entreprises vers la conformité de leurs paiements aux normes portées par le programme S€PA[1] est le plus souvent confiée à la responsabilité de la Trésorerie.

La raison en est simple : qui dit paiements, dit banques, et, qui dit relations avec les banques, dit trésorerie. A mon sens, il s’agit bel et bien d’une erreur de casting.

Lire la suite

Retour sur le Tour de France du Comité national S€PA

Le 10 septembre 2009, la Commission européenne, inquiète du peu d’appétence percevable dans la montée en puissance du SCT[1], lancé depuis le 28 janvier 2008, et, dont les volumes restaient très nettement inférieurs aux estimations initiales, rédigea une feuille de route « Achèvement du S€PA : feuille de route 2009-2012 »[2], la sous-titrant « pour que le S€PA soit une réussite ».

La road-map élaborait un plan d’actions composé autour 6 priorités, dont les deux premières étaient :

  1. Priorité 1 : favoriser la migration vers le S€PA
  2. Priorité 2 : faire campagne pour le S€PA et promouvoir les produits S€PA.

Au second semestre 2012, le Comité national S€PA[3] reprenait à son compte ces deux actions opérant un Tour de France de communication sur le S€PA. Elle se compose de deux volets :

  1. S€PA et les entreprises
  2. Les nouveaux moyens de paiements sur Internet et mobile.

Le 21 mars dernier, le Comité national S€PA faisait étape à Montpellier ; j’y étais… en voici un bref retour commenté (en italique).

Lire la suite

France IT et CINOV IT partenaires

Communiqué de presse:

CINOV-IT, la chambre professionnelle des TPE/PME du Numérique et France iT, le réseau national des clusters numérique sannoncent un accord de partenariat au Conseil d’Administration élargi de CINOV-IT, à Lyon

 

CINOV-IT comme France iT ont vocation à représenter les intérêts des TPE et PME du Numérique.  Les deux associations se rapprochent pour développer les services et la représentation de leurs Adhérents auprès des Pouvoirs Publics et des Donneurs d’Ordre.

France iT a vocation à soutenir la performance des clusters membres, autant que des entreprises qui les composent, et à être l’interlocuteur privilégié des institutions et organisations nationales, et internationales sur les questions liées au développement de la filière numérique. Il soutient entre autres ses adhérents à travers un label d’Entreprise Numérique Responsable.

CINOV-IT intervient auprès des institutions gouvernementales et privées sur les dossiers phares du secteur Numérique. De grands chantiers en cours, comme l’optimisation des relations acheteurs/TPE-PME, ou le programme de transition numérique, laissent entrevoir de grandes perspectives sur le plan économique.

 

« Les TPE et PME du Numérique forment un ensemble touffu, diversifié, à fort potentiel de développement, qui a besoin d’être représenté pour parler d’une voix unie. Il nous a semblé pertinent et naturel de nous rapprocher de France iT qui est bien implanté en Régions, pour faciliter les rencontres, les échanges et améliorer encore la visibilité de l’ensemble de nos adhérents auprès des Donneurs d’ordre et des Pouvoirs Publics », déclarent Olivier Bouderand, et Marie Prat, co-Présidents de CINOV-IT.

photo_france_it_310513

 

« Nous sommes ravis de nous rapprocher de CINOV-IT, qui est une véritable force de propositions dans notre secteur, et impatients de développer ensemble de nouveaux services pour nos adhérents », conclut Amand Lulka, Président de France iT.

Médiation inter-entreprises : cérémonie de remise du rapport d’activité

A  Bercy Lundi dernier, le 27 mai 2013, avait lieu la cérémonie officielle de remise du rapport d’activité de la médiation inter-entreprises. Ayant lieu au ministère de l’économie et des finances en présence notamment du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, cette cérémonie constitue une étape symbolique importante dans une démarche engagée depuis 2010. CINOV-IT est partenaire de cette démarche comme nous le relatons sur ce blog.

Objectif affiché : reconstruire de la confiance entre entreprises pour assainir et rééquilibrer les relations entre acteurs économiques.

Confiance et solidarité : facteurs clés de succès économique et remède anti-crise

C’est Pierre Pelouzet, médiateur national des relations inter-entreprises qui ouvrit la cérémonie en commençant par relater une anecdote tirée d’un de ses récents voyages en Allemagne. Lorsqu’il expliquait outre-Rhin son travail, plusieurs de ses interlocuteurs se sont demandés s’il n’y avait pas une erreur de traduction : comment se fait-il qu’en France des contrats signés par deux parties ne soient pas respectés ? Car tel est l’objet de la médiation : trouver une solution amiable pour faire respecter les contrats que certaines entreprises ne jugent pas utiles d’honorer, en dépit même de la loi. En ces temps de crise où les mauvaises nouvelles économiques sont quotidiennes, les entreprises ont pourtant tout intérêt à être solidaires. Or, le déséquilibre entre grandes entreprises et entreprises de taille plus modeste peut rendre le dialogue compliqué, en raison notamment d’une culture d’entreprise parfois différente, et la mauvaise application des engagements contractuels peut mettre en péril les acteurs économiques les plus fragiles. Renouer le dialogue, restaurer un climat de confiance entre entreprises pour préserver les relations commerciales sur le long terme : voilà  donc la mission de la médiation inter-entreprises.

La médiation, plus efficace que la Justice

Selon les termes de Pierre Pelouzet :

la Médiation inter-entreprises est un dispositif gouvernemental d’aide aux entreprises qui offre un recours gratuit et totalement confidentiel, quels que soient la taille ou le secteur d’activité de l’entreprise en difficulté. La médiation est un mode de résolution des conflits adapté à  la « vraie vie » et au temps de l’entreprise.

 

Car la médiation vise en effet a prévenir les recours en Justice qui, de l’aveu même du ministre Arnaud Montebourg, « avocat défroqué » selon ses propres termes, sont peu efficaces. Alors qu’un recours en Justice implique de nombreux inconvénients, tels que la rupture d’un dialogue direct pour laisser place aux négociations entre avocats, des délais d’instruction longs, un déséquilibre dû aux capacités financières des acteurs en présence, la médiation constitue une réelle alternative. Plaçant l’humain au centre, les avocats sont priés de se taire pour laisser client et fournisseur s’exprimer d’égal à  égal en présence du médiateur qui tentera de rétablir le dialogue pour mettre fin au litige et préserver les relations commerciales. Il s’agit d’un changement de culture devant permettre plus de solidarité entre entreprises, un meilleur équilibre des rapports de force et une meilleure exécution des obligations contractuelles.

Un service gratuit et confidentiel pour toutes les entreprises

Concrètement, le rapport d’activité dresse en annexe la liste des 36 mauvaises pratiques fréquemment relevées et que la charte inter-entreprises vise à  prévenir. Parmi celles-ci, on retrouve les retards de paiement, les appels d’offres à  des prix et conditions irréalistes ou encore l’exploitation de brevets ou de savoir-faire sans l’accord du sous-traitant. Une nouvelle pratique semble également émerger, qualifiée de « racket » et visant à  imposer aux entreprises-fournisseurs bénéficiant du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi l’application d’une ristourne au profit de l’entreprise-client, détournant ainsi le véritable bénéficiaire de ces aides. Dans tous ces cas, si le dialogue est rompu et qu’aucune solution ne semble se dégager, l’entreprise, quelle que soit sa taille, peut saisir l’un des 22 médiateurs délégués régionaux pour demander de l’aide. Plusieurs témoignages, y compris parmi les membres de CINOV-IT, attestent de l’efficacité de cette procédure. Mais au-delà  de ce service, la charte inter-entreprises vise à promouvoir une relation entre entreprises-clientes et entreprises-fournisseurs plus équilibrée et plus responsable. Un label relations fournisseurs responsables est également disponible pour valoriser les efforts entrepris. Plus de 400 entreprises ont déjà  signé la charte (dont une soixantaine de CINOV-IT).

N’attendez pas pour signer vous aussi, contactez-nous pour rejoindre le mouvement !

 

 

Crédit photo : Armony Altinier

Crédit photo : Armony Altinier

Lire le rapport ici

Armony Altinier

ACS Horizons

Adhérente CINOV IT

Illettrisme informatique…

L’académie des sciences vient de publier un rapport sur l’enseignement de l’informatique en France avec en sous titre :  » Il est urgent de ne plus attendre »

Le rapport traite de la place de l’informatique dans les enseignements primaire et secondaire, ainsi que de la formation de leurs professeurs. Il évoque également brièvement l’enseignement supérieur.

L’éducation et la formation aux usages du numérique sont aujourd’hui prisent en compte dans la feuille de route du numérique 2013, dans les travaux de l’association Pasc@line (associaton dont CINOV-IT est membre), dans des initiatives comme Coding Kids, via l’introduction de la spécialité ISN en terminale,  mais l’enseignement de la science Informatique doit être plus largement développée si la France veut avoir une bonne place dans le monde industriel qui se dessine et qui passe par l’intégration du numérique à tous les niveaux.

L’informatique, directement ou indirectement, intervient dans la création de richesses et d’emplois dans le monde.Or, la France, malgré une prise de conscience récente de l’importance du numérique dans l’enseignement, reste en retard par rapport à des pays plus dynamiques en matière d’enseignement de l’informatique et de ses usages.

C’est, entre autres, ce qu’explique et détaille le rapport de l’Académie des Sciences, en faisant des propositions précises pour le développement de cet enseignement. A lire absolument

CINOV-IT contributeur de 1er plan du programme Transition Numérique de la DGCIS

Les 15 & 16 mai le forum national des pratiques digitales, alias le Printemps Numérique s’est déroulé au palais de Compiègnes. Gilles Babinet – le Digital Champion de la France pour l’Union Européenne – à présidé la table ronde du programme Transition Numérique* développé par la DGCIS et dont l’objectif est de développer un millier de consultant en informatique pour aider les TPE/PME à s’approprier le numérique.

* en savoir plus sur le programme Transition Numérique http://www.transition-numerique.fr/

Jacques Setton, Président d’Honneur de CINOV-IT était convié à cette table ronde, à laquelle participaient Cécile Dubarry (DGCIS), Laurent Pontégnier (Transition Numérique Plus), André Marcon (Président CCI France) et Christian Delom (Atout France).

Version intégrale de cette table ronde, avec l’intervention de Gilles Babinet en ouverture

la 2ème vidéo est la compilation de l’intervention de Jacques Setton qui a mis en avant, avec talent, l’importance des cabinets d’ingénierie pour que les chefs d’entreprise TPE/PME s’approprient le numérique à leur avantage.

timing de la vidéo intégrale pour voir en priorité l’excellent intervention de Gilles Babinet

Qui a, pour info, publié l'excellente étude "Pour un New Deal Numérique" (février 2013, Institut Montaigne, 60 pages) achat en ligne pour la version papier ou téléchargement gratuit pour la version pdf.
  • intervention Gilles Babinet 1’00 » à 28’00 »
  • débat – table ronde : économie 2.0 : 28’00 » à 1H15′

Compile de l’intervention de Jacques Setton

Que savez-vous du e-learning…?

Le blended learning est aujourd’hui sans conteste partie intégrante de tout dispositif de formation performant

 

Learning Sphere,réseau de consultants indépendants, spécialistes des nouvelles technologies de formation publie son livre blanc 2013
Ce livre blanc regroupe les articles de fond rédigés entre 2011 et 2012 par les consultants Learning Sphere dans leurs domaines d’expertise respectifs
Vous y trouverez des textes sur la prise en compte de l’apprenant dans un parcours de formation à distance, la mise en place de formations à distance et à l’évolution du métier de formateur, la gestion de projets e-learning, le tutorat, la conception pédagogique de modules e-learning, les serious game.
Il dessine ainsi une esquisse des pratiques et des évolutions du secteur de l’e-learning