A propos…

Adhérez en ligne

Le Syndicat CINOV-IT regroupe des personnes morales dont le cœur de métier relève du domaine de l’Informatique et des Technologies de l’Information et de la Communication. Une attention toute particulière est accordée aux Indépendants, TPE, PME et PMI qui représentent plus de 97% des entreprises du numérique en France.

Au-delà des services qu’il leur propose, CINOV-IT représente ses adhérents dans les instances du débat socio-économique Français, Européen et international :

  • CINOV-IT défend les spécificités des Indépendants, des TPE et PME/PMI du Numérique auprès du législateur, des institutions politiques et économiques, des organismes publics et associatifs, des donneurs d’ordre. Il est le seul syndicat représentatif dans ce cas.
  • CINOV-IT est engagé au niveau national et dans toutes les régions de France, via ses référents numériques régionaux, afin de valoriser les métiers et les expertises de ses adhérents, mais aussi de les soutenir dans l’accès aux marchés et aux financements.
  • CINOV-IT conseille ses adhérents dans leur développement et met à leur disposition des services sur-mesure et exclusifs (service juridique et social, assistance pour les contrôles sociaux ou fiscaux, assurances et financements à des tarifs privilégiés, garantie sociale du chef d’entreprise en cas de perte d’emploi, outils de promotion, aide à la constitution des dossiers de qualification OPQCM ou ISQ, salles de réunions,…).

 

En tant qu’institution représentative des TPE/PME du secteur numérique de France, CINOV-IT expose ici le fondement de ses positions dans le cadre des échéances électorales structurantes de 2017, et au-delà, pour éclairer et faciliter le dialogue avec les parties prenantes du débat socio-économique.

Une stratégie de développement concerté nous paraît indispensable pour restaurer l’appareil productif de la France, retrouver la croissance socio-économique et favoriser l’emploi. Sa mise en œuvre pratique relève du dialogue et de la coopération des parties prenantes, structurés à chaque échelon de la vie socio-économique du pays :

  • L’entreprise (privée, coopérative ou publique) est le rassemblement unitaire de base des parties prenantes pour subvenir à leurs besoins propres et à ceux des personnes dont ils ont la charge ;
  • La branche est le lieu de rencontre entre instances représentatives de toutes les parties prenantes d’une filière économique ;
  • Les territoires (agglomération, département, région, …) sont autant de lieux d’articulation avec les filières, pour l’orchestration du dialogue et de la coopération.

 

Par ailleurs, le succès de nos entreprises est porté par nos collaborateurs pour autant qu’ils adhèrent au projet d’entreprise. Il nous appartient d’en tirer les conséquences en répondant à leurs aspirations légitimes dans un dialogue constructif sur les objectifs et les moyens. De ce point de vue, la valorisation des métiers nous parait centrale. Performance et innovation sont portées par des femmes et des hommes dont l’ambition est de grandir dans leur communauté professionnelle jusqu’à l’heure de la transmission. Des relations professionnelles confiantes et durables sont le terreau inconditionnel de la compétence et de la créativité.

Doter la France d’une infrastructure – écoles, entreprises, services, réglementations … – adaptée pour un développement cohérent et efficient du numérique et des marchés qu’il impacte se doit d’être une priorité pour nos gouvernants présents et futurs. Afin de permettre à la France de faire face et de bénéficier de la révolution numérique en cours, CINOV-IT propose quatre grands axes pour un plan d’actions.

 

I.      Soutenir et faciliter la transformation numérique de notre économie

 1.      Revoir et amplifier le programme de transition numérique à destination des TPE/PME

Toutes les entreprises, et notamment les plus petites et les plus fragiles, doivent pouvoir se préparer pour faire leur transformation numérique et ensuite réaliser cette transition. Elles doivent pouvoir disposer d’un soutien à cet effet. Lancé par le Gouvernement en 2012, le programme « Transition Numérique » aide les TPE et les PME à s’approprier les nouveaux usages numériques et à intégrer ces technologies pour améliorer leur compétitivité.

Notre syndicat avait pu saluer le lancement et le contenu de ce programme. Il mettait en avant que l’adoption efficiente de nouveaux usages des technologies relève d’une médiation entre les experts techniques et le corps social. L’expérience montre en effet la primauté d’un projet porteur de sens pour l’ensemble des parties prenantes dans l’adoption pertinente – ou non – des nouvelles technologies. Le « conseiller technologique » apporte son éclairage aux parties prenantes et contribue à l’orchestration du débat pour le faire aboutir. Nombreux sont les adhérents de notre syndicat dont le cœur de métier réside dans cette médiation.

Cependant, force est de constater que ce programme a pâti d’une mobilisation insuffisante de la part du personnel politique et de la faiblesse des budgets alloués. CINOV-IT s’est réjoui de la saisine du CNNum sur ce sujet en 2016, des débats engagés et des propositions ayant émergé. Cependant, nous serons particulièrement vigilants quant à la mobilisation des pouvoirs publics, notamment financière et sur la déclinaison opérationnelle de ces recommandations. Une politique publique de cette importance et de cette ampleur se doit d’être incarnée et être portée politiquement par les plus hautes personnalités de l’Etat afin de créer une mobilisation générale, un mouvement d’entrainement et lutter contre les conservatismes et autres baronnies sclérosantes.

 

  •  Une mesure de suramortissement généralisée à l’ensemble des TPE/PME pour leur numérisation

Cette transition numérique des entreprises représente un coût certain pour les TPE et PME de notre pays. L’état actuel de leurs finances ne permet pas malheureusement à nombre d’entre elles d’envisager et même de se projeter dans cette révolution en cours. Il est donc impératif d’accompagner l’investissement des TPE et PME en ce domaine pour rendre effectif cette nécessité.

CINOV-IT a pu constater la mobilisation, légitime, du gouvernement actuel pour la modernisation de notre industrie, notamment par le biais de mesures fiscales de suramortissement. Nous souhaitons prendre exemple de ce dispositif avec un périmètre plus large, incluant l’accompagnement (Services/conseils),  les outils et les solutions numériques à destination de l’ensemble des TPE et PME.

___

Numérique, salariat et statut des indépendants

On ne saurait le nier, la transformation digitale des entreprises remet profondément en cause le travail et son organisation. Nous n’évoquerons pas ici les impacts éventuels du numérique sur l’emploi, mais uniquement sur les modalités de travail. La remise en cause du salariat avec une probable augmentation du nombre de travailleurs indépendants impose une réflexion et une remise en cause du statut attaché. En tant qu’institution représentative des TPE/PME et indépendants du secteur numérique de France, CINOV-IT souhaite que le statut des indépendants ne soit pas synonyme de paupérisation sociale et demande l’intégration du RSI au régime générale de la Sécurité Sociale (Ou a minima, la possibilité de s’y affilier).

Remise en cause du salariat, essor de l’entreprenariat et statut de travailleurs indépendants

Le développement de la désintermédiation, notamment entre clients et emplois de services grâce aux différentes plateformes, est un bouleversement fondamental de la transition numérique. Cela impacte le salariat. L’économie numérique créera des emplois mais il est vraisemblable que ceux-ci ne seront pas forcément salariés. Le nombre de travailleurs indépendants devrait augmenter.

Si être salarié ne protège plus autant qu’avant, ce statut toutefois conserve un intérêt en termes de couverture et de protection sociale. Il convient donc selon nous de réussir à étendre la protection sociale aux nouveaux emplois créés et revoir ainsi le statut de travailleur indépendant afin que transition numérique ne soit pas synonyme de régression sociale et d’injustice.

Intégrer le RSI au régime général de la Sécurité sociale

En effet, choisir d’accompagner la progression du travail indépendant ne doit pas remettre en cause les spécificités, notamment par rapport aux pays anglo-saxons, de notre modèle social, entre liberté et sécurité. Il convient donc de revoir le statut des indépendants, le tant décrié RSI, afin qu’il corresponde davantage à ces deux objectifs.

Nous proposons donc de fondre le RSI au régime général de la Sécurité sociale (A minima, nous devrions laisser la possibilité aux indépendants de s’y affilier). Cela aurait pour premier mérite de réduire la complexité des multiples statuts. Il ne s’agit pas d’ailleurs ici pour nous d’évoquer la question du droit au chômage pour cette catégorie d’actif, mais bien d’améliorer leur protection sociale. La création du RSI s’est avéré une erreur, au-delà même de la gestion calamiteuse du projet et du dispositif. Nous pourrions de plus imaginer un accompagnement différencié des travailleurs indépendants, adapté à leurs spécificités, avec la création d’un guichet dédié.

________

2.      Disposer d’un écosystème numérique et de l’innovation pérenne et performant

Cette transition numérique de l’économie ne se fera pas sans un écosystème numérique français dynamique et pérenne, avec un environnement favorisant l’innovation. Pour cela, les politiques et l’Etat doivent s’engager à :.

  • Soutenir les entreprises existantes et favoriser la création de nouvelles
  • Faciliter le financement de la croissance pour les TPE et PME [du numérique] par les banques.
  • Pérenniser et améliorer les dispositifs permettant un environnement structuré et harmonieux à notre entreprise. A cet égard, CINOV-IT salue l’action de la Méditation interentreprises et propose de créer un label valant référencement pour les signataires de la Charte des relations interentreprises.
  • Simplifier l’accès aux dispositifs de financement de l’innovation et de la recherche tout en renforçant leur contrôle afin d’éviter leur captation par les seuls grands groupes au détriment des PME créatives.
  • Renforcer les conquêtes de nos entreprises à l’étranger et l’attractivité de notre pays, tout en menant une lutte contre toutes pratiques de dumping fiscal, social et écologique ainsi qu’un combat contre la corruption et toutes les formes de la délinquance économique
  • Instaurer un plan de création sur le modèle de celui pour les start-up, toutes les TPE et PME n’étant pas des start-up mais restant des sources de création d’emplois. A cet égard, CINOV-IT a pu regretter la faible mobilisation des pouvoirs publics pour l’écosystème que nous représentons, au profit d’autres publics, tels que les startups, sujet certainement médiatiquement plus porteur. S’il est bon de favoriser l’éclosion de telles entreprises, nous ne pourrons avancer sans les TPE/PME du numérique qui portent concrètement dans les territoires et au plus près des différents publics la transition numérique tant souhaitée.

 

Au-delà, pour porter cette transformation numérique, il est bon que la France se dote d’une instance de réflexion, de concertation et de proposition véritablement indépendante et représentative. En effet, si l’annonce de la création du Conseil National du Numérique et/ou du Comité stratégique de filière avait pu être porteuse d’espoir en ce domaine, leurs compositions, la représentativité de leurs membres et certaines prises de positions, politiquement orientées, nous ont refroidi. Les TPE et PME du numérique, dans une acceptation large, ont été structurellement oubliées. Selon nous, cette instance doit rassembler les représentants de TOUS les acteurs, organisations d’utilisateurs (CIGREF, CDAF …), organisations représentatives des entreprises (CINOV-IT, Syntec Numérique), organismes de réflexion et d’influence (TechIn France, AFNET, FING, G9+ …), ministères et associations de collectivités territoriales spécialisées  (Villes Internet, AFIGEO, …).

 

TPE/PME & l’impôt

CINOV-IT ne remet pas en cause l’intérêt de l’impôt dans le développement de notre société et de notre économie. Considérant la production publique globalement utile sur le plan socio-économique, sa réduction n’est pas un objectif en soi.

Cependant, force est de constater que dans la répartition du coût de la dépense publique, nos TPE/PME sont victimes d’une surimposition indue par rapports à d’autres acteurs économiques, alors même que nos structures créent de façon pérenne de l’emploi en France. Nous demandons au gouvernement une proportionnalité effective et vérifiable de l’imposition des acteurs économiques.

Par ailleurs, les finances publiques subissent un déficit de recettes (niches, évasion et dumping fiscal) contre lequel il convient de lutter activement, notamment grâce à l’utilisation d’outils  et solutions numériques.

 

II.      Soutenir et faciliter la transformation numérique de notre société

1)      Initier et enseigner le numérique à tous âges

La « Transformation numérique » va faire évoluer de façon majeure les métiers traditionnels de l’IT, des services et de l’industrie dans les années qui viennent.

Le recrutement est la difficulté première des PME du numérique.  il faut sonner la  mobilisation générale afin que l’enseignement supérieur français, public et privé, soit en capacité d’attirer et former au mieux les futurs salariés et entrepreneurs du numérique.

Au-delà, il convient que l’ensemble de la population dispose de compétences minimums et de capacité d’appréhension du numérique, en tant que salariés (80 à 90% des emplois sont ou vont être impactés) mais également en tant qu’usagers/consommateurs et citoyens.

Nos propositions en matière de formation initiale :

  • Amorcer une initiation simplifiée dans les classes du primaire. A cet égard, l’initiative class’code (https://pixees.fr/classcode/accueil/) est à saluer.
  • Introduire l’enseignement de l’informatique au collège sous forme d’apprentissage du développement.
  • Se doter d’un corps professoral compétent en créant un CAPES d’Informatique.
  • Inclure un enseignement du numérique dans l’ensemble des formations supérieures, quel que soit la matière. Se doter d’un test, exigible pour l’accès dans l’ensemble des masters, proche dans son fonctionnement du Toefl en anglais, afin de valider l’acquisition des fondamentaux du numérique par les étudiants.

 

Sur la question de la formation professionnelle, au-delà d’une indispensable formation individuelle de base, CINOV-IT considère que la compétence professionnelle se construit collectivement au travail et se diffuse dans le compagnonnage permanent de tous avec tous. De nombreuses dispositions y concourent et mériteraient des mesures plus décisives :

  • Stabilité des équipes de travail,
  • Fluidité des échanges volontaires entre les équipes.
  • Accès effectif des jeunes au travail,
  • Maintien au travail des seniors,
  • Solidité des statuts individuels,
  • Fluidité effective des relations entre les mondes du travail et de la recherche et de l’enseignement,
  • Management effectif de la qualité des relations au travail,
  • Valorisation effective de la dimension collective de la performance au travail.

 

Dans cette optique, la mise en place d’une Commission permanente pour la sécurisation, la professionnalisation et l’attractivité des parcours professionnels dans la filière numérique, garante d’un débat public et contradictoire accessible à l’ensemble des parties prenantes serait une mesure forte et structurante.

 

Enfin CINOV-IT a pu saluer la création de la Grande école du numérique et du GIP éponyme, garant de la qualité de ses formations, et est honoré d’avoir été choisi par le Gouvernement pour en être un des membres fondateurs. Cette action publique se doit d’être pérennisée au-delà de toute contingence et alternance politique. Elle répond certes à un besoin de notre secteur et de nos adhérents, mais elle représente également un intérêt sociétal évident en termes d’insertion et d’accès à l’emploi.

 

2)      E-administration et médiation numérique

Au sein de CINOV-IT nous croyons aux vertus de l’exemple. Ainsi, l’Etat et les collectivités doivent se moderniser et se doter d’outils et de solutions permettant de revoir leur gestion/organisation propre mais également l’action publique et les interactions avec les usagers : offres de services (…).

La diffusion du numérique permettrait également à un Etat et des collectivités contraintes financièrement de faire des économies substantielles.

Nous avons pu apprécier le volontarisme politique en ce domaine notamment en matière de simplification, avec les politiques gouvernementales du « Choc de simplification » ou « Dites-le nous une fois », porté par la dématérialisation des procédures et la simplification des démarches administratives et favorisant la transparence de l’action publique que nous appelons de nos vœux.

Toutefois, l’ampleur de la tâche à accomplir reste conséquente. Cet effort doit être poursuivi et amplifié afin qu’il ait un impact décisif en matière d’efficience de la gestion de l’administration et de l’amélioration des services et des relations avec l’usager.

Nous avons aussi pu noter les freins et réticences portés par certains lobbies et malheureusement relayés par quelques parlementaires dans le cadre de projets de lois.

Il devient essentiel que la classe politique française s’affranchisse de ces réseaux d’influence qui ne  défendent que les intérêts d’une petite minorité au détriment de l’intérêt général. L’ouverture du débat public par l’usage du numérique – comme cela a été le cas dans la phase de préparation du projet de loi Pour une République Numérique – constitue probablement une des voies pour cela.

_________________

Industrie du Numérique : un secteur économique clé

  • Chiffre d’affaire annuel : 60 milliards d’euros
  • 4ème secteur industriel français
  • 80.000 personnes morales, dont 30.000 professions libérales
  •  630.000 salariés

CINOV-IT : Syndicat des TPE PME du numérique

Qui sommes-nous ?

 CINOV-IT représente en France 50.000 entrepreneurs du secteur de l’Industrie du Numérique (édition de logiciels, conseil informatique, infogérance web et ingénierie en informatique) : dirigeants des TPE et des PME/PMI de moins de 250 personnes, professions libérales.

 

CINOV-IT regroupe 900 adhérents : c’est l’un des 13 syndicats professionnels de la Fédération patronale CINOV des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l’ingénierie et du numérique, elle-même membre de la Confédération CGPME.

 

Quelle est notre valeur ajoutée ?

CINOV-IT défend uniquement les spécificités des Indépendants, des TPE et PME/PMI du Numérique auprès du législateur, des institutions politiques et économiques, des organismes publics et associatifs, des donneurs d’ordre. Il est le seul syndicat représentatif dans ce cas.

 

CINOV-IT est engagé au niveau national et dans toutes les régions de France, via ses référents numériques régionaux, afin de valoriser les métiers et les expertises de ses adhérents, mais aussi de les soutenir dans l’accès aux marchés et aux financements.

 

CINOV-IT conseille ses adhérents dans leur développement et met à leur disposition des services sur-mesure et exclusifs (service juridique et social, assistance pour les contrôles sociaux ou fiscaux, assurances et financements à des tarifs privilégiés, garantie sociale du chef d’entreprise en cas de perte d’emploi, outils de promotion, aide à la constitution des dossiers de qualification OPQCM ou ISQ, salles de réunions,…).

 

Quels gains concrets en tant qu’adhérent ?

 

  • Vous êtes entendu ! Les décideurs et les media ne font plus la sourde oreille à vos revendications.
  • Vous avez toujours un coup d’avance ! Nous vous aidons à anticiper : veille sur les évolutions juridiques, sociales, concurrentielles, réglementaires, lettre d’informations et blog, forum et groupes de discussion,  invitations aux événements nationaux et régionaux, réflexions sur les labels et les certifications (ENR, ISQ)…
  • Votre expertise grandit ! Avec l’IPTIC, centre créé par la CICF en 1985, vous avez accès à des formations adaptées aux évolutions du marché.
  • Vous accédez à des opportunités business ! Via la publication d’appels à compétences et à contribution, nous vous aidons à développer votre activité.
  • Vous grandissez en notoriété et en crédibilité ! Animation d’ateliers thématiques,  présence sur les salons, publication d’articles et de commentaires, interventions devant la presse : autant d’occasions d’élargir votre réseau personnel.

 

Adhérez en ligne

 

——-

Création CINOV IT 22 11 2012
Création CINOV IT 22 11 2012

 

Marie Prat, Présidente du syndicat CICF Informatique, et Olivier Bouderand, Président du 3SCI, réunissent leurs structures et annoncent la création du CINOV-IT, le nouveau syndicat professionnel des TPE-PME du Numérique.

CINOV-IT représente la voix des 50 000 TPE-PME innovantes et agiles de l’univers du Numérique. Le premier est l’un des 2 syndicats représentatifs de la branche dite CICF-SYNTEC ; le second regroupe des TPE-PME du secteur du Numérique. Au coeur des métiers de l’industrie du Numérique, l’édition de logiciels, le conseil et l’ingénierie en informatique, unis par une convergence d’intérêts et d’objectifs, les syndicats CICF Informatique et 3SCI s’engagent dans la création d’un nouveau syndicat à compter du 22 novembre 2012 : CINOV-IT.

Pour CINOV-IT, le secteur du numérique est riche de ses dizaines de milliers de petites organisations, dont la voix ne peut pas être portée par SYNTEC Numérique, le syndicat des Grands Groupes. Avec ses 800 adhérents aujourd’hui, CINOV-IT atteint une masse critique pour se faire entendre. Et ce n’est qu’un début puisque son plan de développement fixe un objectif de 2 500 adhérents sous 2 ans, notamment par croissance externe, en se rapprochant d’autres syndicats ou groupements qui se retrouveront dans son action.

« A l’heure où les décideurs politiques prennent pleinement conscience de l’importance économique de notre secteur, au moment où le CNN et les comités de filière vont être renouvelés, les 50 000 TPE-PME et professionnels libéraux répertoriés par l’INSEE doivent également être entendues et représentées. Elles ont des idées à défendre, des activités à développer, des emplois à créer. La voix du Numérique ne doit pas être univoque ! », explique Marie Prat, co-Présidente du nouveau CINOV-IT.

lancement_cinov-it-221112_500